The Sky is the Limit

Pour toutes informations, veuillez nous contacter au:

Tel: +212 (0) 537 200 445

Fax: +212 (0) 537 200 446

Email: spacecom@spacecom.ma

Press Release

11 sep. 13: Spacecom aborde l’avenir avec sérénité,..... see more

Publié le : 11 septembre 2013 - Lahcen Oudoud, LE MATIN

Spacecom, société qui opère dans un segment des télécoms qui ne décolle pas encore, profitera d’un petit coup de pouce non négligeable. En effet, cet opérateur de réseaux publics de télécommunications par satellite de type VSAT bénéficiera, au même titre que les autres opérateurs du même segment, de la suppression de la partie variable de la contrepartie financière, correspondant au montant de 2% du chiffre d’affaires, dont les opérateurs VSAT sont annuellement redevables.
Il est à noter que l’adoption de cette décision par l’ANRT s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des recommandations de la note d’orientations générales pour le développement du secteur des télécommunications à l’horizon 2013.
Pour l’application de cette mesure, le département de tutelle a élaboré un projet de décret qui a pour objet la modification du cahier des charges. Ce ne manquera pas d’alléger un tant soit peu les contraintes auxquelles fait face cet opérateur créé en 2000 lors du lancement des licences des VSAT au Maroc et qui est passé par des moments très difficiles. En effet, comme nous le rappelle son PDG, Mohamed Aourid, suite à l’annulation brusque du réseau de son principal client qui était aussi son actionnaire de référence, la société a été amenée à procéder à un redressement judiciaire en 2006. Ce qui a débouché sur un plan de continuation proposé par la société Mihad Group, en 2008 et une mise de 30 millions de DH d’investissements afin de donner un nouvel élan à la société en changeant toute sa technologie. La société a pu ainsi conforter sa présence sur le marché du satellite au Maroc et reprendre la confiance de ses clients, note Aourid.
En effet, rappelle le PDG, «depuis nous avons repris tout le réseau de loterie au Maroc, tous les aéroports du Royaume, le GSM backhaul du 2e opérateur marocain pour les régions de l’est et du Sud Ouest du Maroc, de même que des projets avec le gouvernement, à savoir le programme GENIE pour les écoles rurales et les CAC (Centres d’Accès Communautaires) pour fournir des services de téléphonie et d’accès Internet, etc… ». Et l’avenir reste prometteur, d’après le PDG de la société qui considère que le marché dispose encore d’importantes opportunités de développement. Cette confiance repose notamment, précise Aourid, sur la tendance baissière constante du prix des équipements et celui du segment spatial qui est réduit de moitié depuis 2000.
Il évoque également le lancement récent d’une nouvelle bande de segment spatial «Ka» qui permet d’assurer des hauts débits au même prix que l’ADSL.
Cependant, estime-t-il, ce secteur, qui «représente une bonne opportunité de développement pour notre pays», a besoin de l’encouragement des pouvoirs publics pour rattraper ce retard.


See more at: http://www.lematin.ma/supplement/economie/promotion-touristique_l-eternel-casse-tete-du-budget/telecommunications-par-satellite_spacecom-aborde-l-avenir-avec-serenite/187550.html#sthash.FVt09oQ9.dpuf

15 Août 13: Exploitation VSAT, les cahiers des charges changent,..... see more

Publié le 15-08-2013 à 10:44 Par : Leseco.ma

Les nouveaux cahiers des charges projetés concernent 3 sociétés : Space Com, Gulfsat Maghreb et Cimecom S.A. Le changement a été décidé en mai 2012 par l’ANRT à propos de l’attribution de la licence d'établissement et d'exploitation d'un réseau public de télécommunications par satellites de type VSAT.
L’objectif de cette révision est de supprimer la partie variable de la contrepartie financière, correspondant au montant de 2% du chiffre d'affaires, dont les opérateurs VSAT sont annuellement redevables.
L'adoption de cette décision «s'inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des recommandations de la note d'orientations générales pour le développement du secteur des télécommunications à l'horizon 2013, qui a préconisé de faire profiter les opérateurs de réseaux publics de télécommunications par satellite de type VSAT de leviers supplémentaires, pour permettre leur viabilité et accompagner leur développement», précise le projet décret déposé au SGG.

18 Avril 12: Opinions & débat : Maroc Numeric 2013 Le haut débit venu du Ciel,.... see more

Publié le : 18 Avril 2012 - par Mohamed Aourid *, LE MATIN

En dépit de la récente croissance fulgurante d’accès à l’Internet au Maroc, il existe toujours un fossé numérique qui sépare les populations des zones urbaines de celles rurales, et les riches des pauvres. Pour remédier à cette disparité, le gouvernement marocain avait lancé en fin 2009, un plan stratégique national baptisé Maroc Numeric 2013, doté d’un budget de 5,2 milliards de DH et qui s’articule autour de quatre axes : l’Internet haut débit, l’e-gouvernement, la filière locale des technologies de l’information et l’informatisation des petites et moyennes entreprises (PME).
Le dernier rapport de McKinsey, confirme bien que, grâce à ces efforts, le Maroc s’est taillé une place en tête de liste par rapport à ses pairs en Afrique du Nord. Malgré ces performances, le Maroc reste bien loin des pays matures. En effet, plusieurs entreprises, peu importe leurs tailles, sont encore dans un processus d’adoption des nouvelles technologies.
Pour les petites entreprises ou une grande majorité de la population, le constat est différent : elles se voient privées à cause de plusieurs obstacles, souvent reliés à des limitations financières, au manque de revenus ou d’infrastructures dans le cas des zones rurales, tout simplement. Pour pallier à cette lacune, des efforts dans ce sens ont été déployés récemment par la création du Centre d’accès communautaire (CAC) permettant d’avoir un accès Internet aux populations des zones isolées par une liaison satellite.
Quoique cette technologie se présente comme étant le seul moyen d’accès pour ces zones, sa généralisation reste limitée pour cause du coût du segment spatiale. Compte tenu de cette contrainte majeure liée au coût, Eutelsat a lancé en décembre 2010, un nouveau satellite, appelé le KA-SAT dédié à la communication Internet, à l’inverse des précédents satellites plutôt destinés à la diffusion Vidéo. Cette technologie offre des solutions d’accès à Internet haut débit par satellite allant de 6 Mb/s à 10 Mb/s en réception et 4 Mb/s en émission pour des prix similaires à ceux de l’ADSL, avec un ensemble d’applications et de services tels que le VPN, PMLS ou M2M (Machine to Machine) pour raccorder des machines dans des zones complexes ou difficiles d’accès pour les réseaux 2G/3G. Ce qui constitue une vraie alternative aux sociétés et aux particuliers se trouvant dans les zones rurales ou des zones blanches.
Comme première au Maroc, lors du Salon international de l’aéronautique et du spatial, le «Marrakech Air Show 2012», qui s’est déroulé du 4 au 7 avril courant, Spacecom, opérateur marocain de technologie satellitaire, a assuré exclusivement la connexion Internet à haut débit avec la KA-SAT, pour tous les exposants et visiteurs du Salon. Pour desservir toute la superficie du salon s’étalant à 200.000 m², nous nous sommes associés à la société Aircom pour la solution WiFi en utilisant les produits de haute performance XIRRUS. En effet, malgré, la surcharge d’utilisation et spécialement dans les stands des sociétés étrangères, la connexion était à la satisfaction totale des utilisateurs. Pour la commercialisation au marché marocain de cette solution, Spacecom a signé un partenariat d’exclusivité avec la société Opensat Intl UK. Vu les couts très faibles de la connexion et sa rapidité de déploiement, le nombre d’applications peut s’étendre de l’accès à l’Internet, à la vidéo sur IP, comme les besoins médiatiques d’un événement sportif, culturel ou autres. Ce qui permettra de placer le satellite tel un bon moyen de transmission des gigas de données d’images vers la régie.
En effet, les sociétés de broadcasting et de presse se présentent déjà comme un très gros marché. Avec cette nouvelle technologie de la Ka-Sat, le satellite pourra conquérir à nouveau l’accès Internet à haut débit pour les particuliers et les entreprises, quelles que soient leurs situations géographiques, comme il l’a fait pour la télévision.